Rayonnage de la réserve précieuse de la bibliothèque d'Arras

Accueil > Conservation et restauration > Charte de la conservation

Charte de la conservation

Présentation

La charte de la conservation dans les bibliothèques a été élaborée en 2011, dans un cadre interministériel, par le service du livre et de la lecture au ministère de la culture et de la communication et la mission de l'information scientifique et technique et des réseaux documentaires au ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Le document répond à des préoccupations de plusieurs ordres exposées dans son préambule et à partir desquelles plusieurs objectifs se sont dégagés. Le premier était d'effectuer la synthèse des évolutions importantes survenues dans la conservation et la conservation-restauration depuis une trentaine d'années : elle est donc susceptible d'évolutions, voire d'être redéfinie avec le temps.

Le second objectif était de fournir un cadre méthodologique aux responsables de collections et de conservation, dans leurs interventions quotidiennes comme dans les relations qu'ils sont conduits à nouer avec leurs divers partenaires. Elle ne se confond pas avec un manuel : sans méconnaître les réalités du terrain, elle fixe les grandes orientations vers lesquelles doit tendre la politique de conservation et de conservation-restauration au sein du projet scientifique et culturel de l'établissement.

Il s'agissait enfin de promouvoir une doctrine et des pratiques communes dans un contexte général de diversification des bibliothèques, de recomposition des collections, de renouvellement des métiers. C'est pourquoi elle a été conçue pour s'appliquer à tous les types de bibliothèques ; elle concerne à la fois les collections patrimoniales et les collections courantes ; elle s’adresse aux responsables de collections, quels qu'ils soient, dans le langage le plus simple et le plus accessible. Document ministériel, elle pourra être adjointe aux conventions et aux contrats passés par l’État avec les bibliothèques de son domaine d'intervention ou avec des tiers.

Ce cadre n'est imposé à personne : c'est sur la base d'une libre adhésion que les acteurs de la conservation, publics ou privés, sont invités à y adhérer. En revanche, cette charte constituera pour ceux qui l'auront signée un engagement mais aussi un label reconnu pour une conservation exigeante.

Au 1er janvier 2016, la charte de la conservation a été signée par les structures régionales pour le livre suivantes : ACCOLAD Franche-Comté, ARALD, ARL Haute-Normandie, CRL Basse-Normandie, CRL Bourgogne, CRL Limousin, ECLA Aquitaine, FILL, Interbibly, MOTif, ainsi que les municipalités suivantes : Bordeaux, Carpentras, Le Havre, Reims.